Un plan de développement timide

Commune de Oued Koriche 

Un plan de développement timide 

Au regard du désavantage de sa topographie, la commune de Oued Koriche, située sur le bassin versant de Frais-Vallon, a des difficultés à réaliser son Plan de développement communal (PCD) dans la mesure où elle dispose de peu d’assiettes pour des infrastructures primaires. 

Avec un maigre budget de fonctionnement de 7 milliards de centimes et des ressources timides émanant des contributions fiscales, il n’est pas aisé de mettre en place un plan d’action à même de répondre aux besoins des administrés. « Nous avons cependant plusieurs projets à réaliser », souligne le 1er vice-président, Mohamed Réda Missoum, notant le projet ficelé concernant la réalisation des 100 locaux commerciaux dont les travaux démarreront bientôt au niveau du Boulevard El Kettar. Aussi, deux centres de formation professionnelle sont en cours de réalisation. Le premier est destiné aux filles à Fontaine-Fraîche et le second, situé à la carrière Jobert, concernera les métiers réservés à la gent masculine. « Ces deux structures seront opérationnelles dès la prochaine rentrée », affirme notre interlocuteur. Un autre projet, longtemps en dormance, vient d’être réactivé. Il s’agit de la réalisation d’un centre culturel, un immeuble de quatre étages, dont la livraison est prévue, selon le vice-président, à la fin de l’année. Outre le siège de la commune qui connaîtra bientôt une extension de 1000 m2 réservé au service de l’état civil, il est prévu la réalisation d’une bibliothèque municipale au boulevard El Kettar et l’implantation d’une crèche. Le coût de cette dernière est estimé à 1,1 milliard de centimes. « Nous envisageons de réaliser une aire de détente à Diar El Kef. L’étude technique est réalisée et il ne reste que l’étude financière, avant de désigner l’entreprise réalisatrice du projet », dira l’élu local qui tient, par ailleurs, à lancer un appel aux plus hautes autorités pour la réalisation d’une polyclinique dans la commune. Concernant la situation sociale des administrés, l’élu communal avance le chiffre non moins effarant de 800 familles vivant dans des habitations de fortune. En effet, le quidam peut constater les favelas érigées le long du parcours Triolet-Chevalley. Ces gîtes fragiles qui, non seulement amochent le décor, demeurent la proie d’une éventuelle furie des eaux. « 30 logements ont été affectés, il y a deux mois à des bénéficiaires dans le cadre de la formule LSP à Draria, 60 autres seront attribués bientôt au titre de la formule dite sociale, en attendant, affirme Mohamed Réda Missoum, le programme des 180 logements LSP dont le site est situé à Fontaine-Fraîche »

Quotidien : EL WATAN du 08 Mai 2007 

greenearthesa |
Collectif des Sans Papiers ... |
akwateam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lalogeuse
| CFTC Schindler ascenseurs
| LES POMPIERS DE VERZENAY