Algérie Télécom: Une initiative des ACTEL en direction des KMS

ACTEL BEN AKNOUNLes ACTEL de Ben Aknoun et de Rostomia comptent lancer une initiative en direction des KMS.
Les deux agences commerciales de Ben Aknoun et de Rostomia se proposent de favoriser, à la salle de conférences du complexe Djaweb à Ben Aknoun aujourd’hui à 14 heures, une animation en relation avec la promotion des nouvelles tarifications au profit des KMS.
Fort louable, cette initiative mérite d’être encouragée et portée à la connaissance duALGERIE TELECOM citoyen. Son mérite est grand en ce qu’elle traduit merveilleusement bien la volonté des structures commerciales d’Algérie Télécom de rompre radicalement avec les pratiques anciennes et d’en découdre avec les vieux réflexes inhibiteurs du passé.
Les deux agences commerciales, à l’origine de cette judicieuse initiative, semble donner raison au PDG du groupe Algérie Télécoms qui, à l’occasion de la célébration de la journée internationale de
la Femme, n’a pas manqué d’insister sur le fait que l’année en cours exige de chacun de nous des efforts inlassables et soutenus, un esprit de sacrifice et un comportement entrepreneurial pour fidéliser notre clientèle, augmenter son volume, anticiper, et satisfaire ses besoins à prendre en charge avec une qualité de service sans reproche.
Conscients de l’importance de la communication de la concertation, les organisateurs entendent ainsi favoriser des actions de proximité en direction des KMS à l’effet de les sensibiliser autour de la nouvelle tarification et de la promotion de l’utilisation du téléphone fixe, de développer avec les mêmes KMSune relation de confiance durable ainsi que des échanges permanents.

Les agences commerciales de Rostomia et de Ben Aknoun entendent profiter de la même opportunité pour présenter les nouveaux produits qu’Algérie Télécom compte  lancer sur le marché.

El Moudjahid le 13/032010 


Archives pour la catégorie a travers la Presse

ACTEL de Ben Aknoun : Le satisfecit des clients

ACTEL BEN AKNOUNL’agence commerciale d’Algérie Télécom, Actel de Ben Aknoun,accueille un nombreux important de clients qui repartent satisfaits. 

Son directeur Oumahamed Farid est conscient de la tâche importante qui incombe à ceux qui font fonctionner cette Actel qui connaît une affluence nombreuse. « En période de facturation, l’agence accueille jusqu’à 600 personnes par jour alors qu’en période ’’creuse’’ elle en accueille de 100 à 200. 

Cet important flux ne nous empêche pas d’accueillir comme il se doit les clients », affirme le directeur. L’homme discret a su, à n’en point douter, imposer une discipline. « L’ambiance est formidable.

OUMAHAMEDIl faut reconnaître le mérite de ces jeunes employés qui font admirablement leur travail malgré les contraintes qu’impose la bureaucratie », signale Oumahamed qui affirme que l’agence, exiguë, n’a pas empêché ces employés d’AT d’améliorer la prestation. 

Le directeur de l’agence, en contact avec le client, relèvera que l’Actel est l’épine dorsale de l’opérateur de téléphonie. « AT, comme l’a affirmé à juste titre notre PDG, est cette épine dorsale, cette façade. Il faut y prendre soin en faisant bien le travail », signale le directeur. Gageons que la situation est la même dans les autres Actel. 

EL WATAN -22 juin 2009 

 

 

Idhebalen

Idhebalentambourinaires «Idhebalen ».

Idhebalen, ces groupes de musique traditionnelle qui animent les fêtes dans les villages font un retour en force, après avoir presque disparu pendant près de trois décénnies.

la région des Ath Abbas, là où cette musique est née, probablement d’un métissage avec la musique ottomane. Ce sont les Turcs, en effet, qui ont introduit et popularisé en Algérie ce genre musical à partir du XVIe siècle. Les kabyles des Ath Abbas, qui les ont combattus pendant trois siècles en leur interdisant l’entrée de la Qalâa, la capitale de leur petit royaume, ont repris cette tradition à leur compte en y introduisant le bendir pour l’adapter aux rythmes et aux airs locaux. Les troupes d’Idhebalen sont des orchestres de quatre musiciens où l’on retrouve le tbal (la grosse caisse), le bendir et deux ghaïtas (hautbois), l’une grave et l’autre aiguë. En Kabylie, il y a deux grandes écoles d’Idhebalen. Celle des Ath Abbas en basse Kabylie et celle des Igawawen, en haute Kabylie. La différence entre les deux est que la tradition des Ath Abbas semble plus élaborée avec une quinzaine de noubas dont Zendani, Tagmarine, Qbaïli, Zriga, Heddi, Haouzi et autres, alors que celle des Igawawen, aux dires des connaisseurs, ne comporte que le mode léger dit « Rwah, Toughaline ». Au reste, de grands tambourinaires issus des villages de la haute Kabylie, comme Kaci Iboudraren, ont fait leurs classes chez les Ath Abbas.  Le style de ces derniers est très proche de celui des Hauts-Plateaux sétifiens ou du folklore chaoui. Cette similitude vient du fait que les Ath Abbas sont issus des hauts plateaux du Hodna qu’ils ont quittés après l’invasion des Beni Hillal. Les instruments sont fabriqués par des artisans locaux, dans les villages de Ouizrane, Tighilt Oumial, Tizi Allouane et Taourirt Ou-âvlla. Ce dernier village semble d’ailleurs spécialisé dans el ghita tilouth, cette cornemuse locale faite d’une outre et d’un hautbois.

Des hautbois ont été également ramenés par les premiers émigrés kabyles des régions bretonnes. Rien d’étonnant quand on connaît les similitudes entre le folklore kabyle et la musique celtique dont la fusion a donné de beaux métisses comme Thalweg ou la rencontre du chanteur Idir avec des interprètes celtes.

Chaque moment fort de la noce s’apparente à l’exécution d’une sorte de mouvement musical ou nouba. La sortie de la mariée du domicile de ses parents, son arrivée dans la maison de son époux, le moment où elle est conduite à la fontaine du village, la cérémonie du henné, l’ourar (séance de chants et de danse) que l’on anime en soirée, etc. Il y a encore quelques années, une cérémonie de mariage réussie en Kabylie ne pouvait se concevoir sans Idhebalen. Aussitôt annoncés, on accourait de tous les villages pour les entendre et les voir jouer et, surtout, danser au son de leur musique jusqu’au lever du jour. Ils avaient leurs superstars comme Messaoud Ferhat, Amar Ouziri, Kaci Iboudraren, Ahmed Ouherroug et Si Lmadani Ou Handis. Le mariage durait trois jours : assensi, tamaghra et avagous. Seuls les gens fortunés pouvaient se permettre le service de ces artistes que l’on traitait comme des rois. Certains avaient mêmes des danseuses. La danse des Ath Abbas, différente de celle de
la Haute Kabylie s’exécute non pas avec les hanches mais avec les pieds. On l’appelle amrawah ou zendani daw oufouss et ressemble beaucoup aux danses des Hauts-Plateaux. Aujourd’hui, malgré la concurrence furieuse des disc-jockeys qui assomment littéralement l’assistance avec leurs torrents de décibels où le raï le dispute au charqui, Idhebalen maintiennent vaille que vaille une tradition vieille de plusieurs siècles et ne sont pas près de quitter la scène. Guendouz est la véritable capitale des Idhebalen. Quelques villages comme celui de Belaguel, Tighilt Oumial, Ouizrane et Handis se disputent la paternité de ce genre musical. 

1...34567

greenearthesa |
Collectif des Sans Papiers ... |
akwateam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lalogeuse
| CFTC Schindler ascenseurs
| LES POMPIERS DE VERZENAY