Ath Hichem, village du tapis de kabylie

AIT HICHEMAth Hichem est un village perché sur une colline comme les innombrables villages du Djurdjura, situé à prés de 1200 m d’altitude et à trois kilomètres de Ain El Hammam (ex-Michelet). Il est le plus élevé de la commune d’Ait-Yahia dont il fait partie. Selon Germaine-laost Chantreaux, ethnologue, qui fut institutrice à Ait Hichem entre 1937 et 1939 : « il y a cinquante ans (1892), les Ait Hichem vivaient surtout de l’argent qu’envoyaient de France ceux qui s’y expatriaient et de l’appui appréciable d’un artisanat féminin local qui est le tissage ».
En 1939, le village comptait 800 habitants, aujourd’hui, il en compte plus de 4000. At Madi, At Mendil et At Usbae sont les trois Iderman (quartiers) qui forment le village depuis longtemps et demeurent à ce jour sous le même Sufiq.
Les questions inhérentes à la gestion de la cité sont réglées par un consensus entre un Amin (chef du village) et les Tamen (les délégués) de chaque Axarub (groupe social) formé par des familles de même lignée.
Sebt (marché du samedi), chef-lieu de la commune d’Ait Yahia, admirablement situé, laissant profiter d’une vue panoramique. C’est le lieu de rencontre des villages voisins où s’exerce une activité économique intense. 

 

Maison du tapis d’Ath Hichem 


Bâtisse construite à l’entrée nord du chef lieu de la commune d’Ait Yahia, la maison du Tapis est inaugurée et baptisée le 08/03/2002 au nom de  » GHENIMA AIT ISSAD  » une grande dame du métier de la tapisserie. Elle a été transférée au profit de la Direction de la Culture par délibération le 21/12/2005, sa vocation est à la fois culturelle et économique. 

 

http://www.tiziouzou-dz.com/culturel1.htm

Ecole du tissage
 

L’école d’Ait-Hichem est la plus ancienne école de filles de toute la Kabylie. Construite en 1892, à l’époque coloniale, c’est une vielle bâtisse située à l’entrée du village. Cette école témoigne de plus d’un siècle d’histoire et on y enseigne à ce jour les secrets du tissage.
Beaucoup d’instituteurs et institutrices se sont succédés pour donner leurs enseignements aux nombreuses jeunes filles qui ont suivi une formation dans cette école :
Mme et M. Izara, Mme et M. Delay,
Mme et M. Perin, 

Mme Abdesslam,
Mme Chantreaux, 

Mme et M. Messad,
Mme Zemmouri,
Mme Ferrat

Mme Ait-Issad Ghenima 1963-1987,
Mme Ould Braham Nora 1988-2000.
Actuellement, l’enseignement du tissage est confié au CFPA de Boukhalfa. Entre 1956 et 1957, l’école a fermé ses portes à cause de la guerre de libération nationale, elle est devenue un camp militaire. De cette école sont sorties plusieurs générations de tisseuses qui ont perpétué cet art. Elles ont participé à plusieurs expositions et manifestations économiques. Certaines d’entre elles ont été reconnues et primées.
Dans les années soixante-dix, le tapis d’Ait-Hichem fut un véritable attrait touristique.

 


Autres articles

Répondre

greenearthesa |
Collectif des Sans Papiers ... |
akwateam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lalogeuse
| CFTC Schindler ascenseurs
| LES POMPIERS DE VERZENAY