KAMEL BOUAKAZ

KAMEL BOUAKAZ«Mon premier passage à la télé est un hasard» 

Pouvez-vous raconter vos débuts en tant que comédien?
Chaque carrière a eu son démarrage. Dès mon enfance, je m’intéressais à l’art. j’ai commencé par faire du théâtre aux scouts.
J’ai interprété des petits rôles. Cela me plaisait mais il y avait des ruptures. Puis quand j’étais au CEM à Bab El Oued, les enseignants nous emmenaient au musée, au cinéma et au théâtre. Une fois nous sommes allés voir une pièce théâtrale «Galou laâreb galou». Cette pièce m’avait vraiment subjugué et marqué. J’avais quatorze ans.
A l’époque, l’Entv diffusait une émission qui s’intitulait Théâtre des amateurs. Je la suivais régulièrement. Une autre fois, l’émission a montré une troupe, qui s’appelait
La Relève, fondée à Oued Koriche, le quartier où j’habitais. Je me suis présenté à son siège. C’était en 1987. Je peux dire que c’était mon vrai début dans le théâtre.

Vous avez travaillé avec cette troupe pendant combien de temps?
Je suis fidèle à cette troupe à ce jour. J’ai commencé avec de petits rôles. Par la suite, j’ai fini par avoir les premiers rôles à partir de la troisième année. Je suis devenu chef de troupe.

Vous avez jugé qu’il faillait suivre une formation, n’est-ce pas?
Effectivement, en 1998 je suis entré à l’Institut supérieur des arts dramatiques. La formation a duré quatre ans et j’ai obtenu une licence.

Cette formation a-t-elle apporté vraiment un plus au don inné que vous aviez?
Bien sûr! Le don plus la formation permettent d’obtenir un grand résultat.

Entre-temps, vous commenciez à avoir du succès auprès du public et particulièrement chez les téléspectateurs…
Quand j’étais en deuxième année, j’ai effectivement connu un succès avec les émissions Aila Haïla.

Comment avez-vous pu avoir accès à la télévision?
C’était un coup de chance. Salah m’avait appelé pour le «dépanner» dans l’émission Aïla Haïla. Un comédien avec qui il travaillait n’était pas venu ce jour-là. J’ai accepté.

Etait-ce votre premier passage à la télévision?
Dans une émission, oui. Mais les journalistes ont parlé souvent de moi dans les journaux télévisés. Aux JT de 20 heures, je passais juste après Zeroual. Une activité culturelle dans les années quatre-vingt-dix, c’était un événement national. Quand il y avait le terrorisme, je donnais des spectacles. C’était à l’époque où beaucoup de comédiens s’étaient réfugiés en France. De 1991 à ce jour, je n’ai pas cessé de me produire. Aujourd’hui, on m’interdit de mettre les pieds dans certaines infrastructures culturelles d’Alger!

Après votre passage à Aïla Haïla, comment a évolué votre parcours?
Salah a été très satisfait. C’était comme si nous avions bu à la même source. Nous travaillons dans le même esprit et avec le même but. Par la suite, nous avons partagé le petit écran à maintes reprises et dans plusieurs émissions.

Avez-vous senti le succès s’accroître?
Un critique russe a dit: «Il y a un bon artiste et il y a un artiste raté mais le public est toujours bon». Si j’étais fort, je viendrais ici et ce public ne peut pas me comprendre. Ça ne veut pas dire que le problème est en lui. Le problème est en moi. Je sens que je plais au public mais même ceux auxquels je déplais, j’ai le sentiment qu’ils sont sincères lorsque je les croise.

On ne vous voit pas beaucoup dans les téléfilms, pourquoi?
Je ne sais pas, peut-être que les réalisateurs ne me font pas confiance. Peut-être aussi que je suis pris dans le piège des sketches et des rôles comiques. Mais je maîtrise la tragédie aussi bien que la comédie.

Parlez-nous de vos projets.
Actuellement, je suis sur un projet avec un metteur en scène tunisien, Moncer Douib. Je prépare un nouveau one-man-show. Le spectacle s’intitule Malki et Zakia. Dans les prochains jours, je me rendrai en Tunisie pour poursuivre les répétitions. A la fin du mois d’avril prochain, je donnerai la générale à Alger. 

 

Interview réalisé sur le quotidien l’expression du 28/03/2010 


Archive pour mars, 2010

MOBILIS OFFRE 100 Minutes Gratuites par Jour

MOBILISLe premier opérateur de téléphonie mobile en Algérie ATM Mobilis, annonce le lancement d’une nouvelle offre promotionnelle « 100 Minutes gratuites par jour », destinée aux abonnés prépayés «mobilisCarte».
Ainsi, Mobilis offre la possibilité à ses clients de bénéficier de 100 minutes d’appels Gratuits vers Mobilis pour seulement 100 DA.
En effet, pour chaque rechargement égal ou supérieur à 100 DA via des cartes de recharges ou à travers les rechargements électroniques Arsselli et Racimo, les clients bénéficieront de 100 minutes d’appels Gratuits vers Mobilis.
Les 100 minutes sont valables durant toutes la journée soit 24 heures, et tous les appels vers le réseau CODE DE L'AUTOROUTEMobilis seront gratuits jusqu’à épuisement des 100 minutes.
Mobilis précise, que l’abonné peut bénéficier du bonus voix à chaque fois qu’il recharge son compte dans la journée, par contre sa validité restera de 24h.
Cette offre promotionnelle est valable dés aujourd’hui et reste valide jusqu’au 24 Mars 2010 pour les abonnés MobilisCarte.
Les abonnés de l’offre « Batel » doivent faire une migration vers l’offre initiale «mobilisCarte» afin de bénéficier de cette nouvelle promotion. 

La campagne de l’opérateur téléphonique public Mobilis, filiale d’Algérie Télécom, s’affiche dans le pays. MOBILIS  a décidé d’innover dans le discours publicitaire développé jusque là en Algérie. 

Avec le nouveau code de la route qui ne fait pas d’exception à l’interdiction de téléphoner au volant même dans un bouchon. Alors certes, on pourra répondre avec le kit main libre. 

Iflissen Umellil

Iflissen Umellil connu aussi sous le nom d’Iflissen n Udrar est une confédération (qui occupent la partie occidentale de la Kabylie du Djurdjura

C’est la première tribu que l’on rencontre lorsque l’on part d’Alger vers l’Est. 

Territoire enclavé entre les monts de Timezrit / SidiAli Bunab (822m) et les monts de Tigremount / Ameddah (1028 m). 

la montagne des Iflissen Umellil domine les basses plaines et collines entre les fleuves Sebaou et Isser. 

Ainsi, la position géographique de cette confédération et l’attitude farouche et rebelle de ses habitants face aux envahisseurs, valu aux Iflissen Umellil, le surnom de « gardiens des portes de
la Kabylie »

 

Étymologie 

La légende des Quinquégentiens à partir de laquelle les historiens ont retrouvé trois noms sur cinq : Faraxen, Iflensès et…Azus. 

Les Iflissen aujourd’hui sont identifiés comme les descendants de celui qui s’appelait Isaflensès ou Iflensès

Il y existe deux thèses quand l’origine du qualificatif rattacher au nom d’Iflissen

La première traduction viens de la langue berbère où Umellil viendrait de Amellal (Akal Amellal, versant sud du mont Timezrit) ce qui nous donnerait la traduction suivante : Iflissen de
la Montagne Blanche
 

La seconde interprétation, moins probable et pour cause, passe par la langue Arabe et par les combats nocturnes très audacieux qu’ils livraient aux Turcs. Ainsi où Oum El Lil rattaché à Iflissen nous donnerait la traduction suivante : « Enfants de la nuit »

Les Tribus (Âarchs) 

 

Composée de 13 Tribus de grande Kabylie (Âarc ou Âarchs)]

la confédération d’Iflissen Umellil est le plus grand regroupement de grande kabylie sous l’appellation (taqbilt) 

  • Inezlioun 

  • Imzalen 

  • Imkiren 

  • Ibouazounen   

  • Aït Yahya Ou Moussa   

  • Aït Meklaa 

  • IGH’Emracen 

  • Irafan 

  • Aït Bourouba (At Buruba) 

  • Aït Amran (At Ɛemṛan) 

  • Aït Bou Chenacha (At Bu Cnaca)
  • Arch Alemnas (Lɛarc Alemmas) 

  • Aït Arif (At Ɛarif)

Certains historiens apportent un peu plus de précision en comptant trois autres tribus comme appartenant à cette confédération : 

  • Aït Chilmoun 

  • Rouafa 

  • Azazna

Enfin, plus récemment la tribu d’Aït Khalfoun est souvent rattaché aux Iflissen Umellil, pour cette dernière, qui est une tribu de taille importante, il semble surtout que la confusion soit fait parce que les Aït Khalfoun ont toujours combattu aux côtés de leur voisin du Nord les Iflissen Umellil. 

 

Les Célébrités 

  • Le colonel Ali Mellah alias Si Chérif (Imikren), krim belkacem 

  • Amar Ouamrane (Inezlioun), 

  • El Hadj Mohammed Ben Zamoun (Aït Amran), 

  • Hassan U-Rafa (Irafan), 

  • Khelif U-Buzid (Aït Mekla), 

  • Krim Belkacem (Aït Yahya Ou Moussa), 

  • Le Capitaine Si Moh Nachid (Aït Yahya Ou Moussa), 

  • Lhusin N Zamum (Aït Amran), 

  • Rachid Kaci (Aït Arif). 

ALGERIE TELECOM baisse ses tarifs de 40 %

ACTEL BEN AKNOUN 
 
COMMUNICATIONS AU NIVEAU DES KMS
Algérie Télécom baisse ses tarifs de 40 %
 

Le président-directeur général d’Algérie Télécom, Moussa Ben Hamadi, a annoncé, hier, que les tarifs des communications au niveau des kiosques multiservices vers les mobiles ont connu une baisse de 40 %. Le tarif de la communication est passé de 15 DA /TTC à 9 DA/TTC

 

Lors d’une rencontre avec les propriétaires de KMS, M. Moussa Benhamadi a annoncé que les activités des kiosques multiservices pourraient évoluer. Il évoquera, ainsi, la possibilité d’offrir des services de cybercafé ou de distribution de factures téléphoniques. L’opération de réduction des tarifs a, par ailleurs, été lancée depuis le 1er février 2010 et concerne les tarifs des communications vers tous les mobiles à partir de tous les taxiphones (KMS) partenaires d’Algérie Télécom. 

MOUSSA BENHAMADIDe ce fait, le tarif de la communication vers tous les réseaux des opérateurs de téléphonie mobile en Algérie, à savoir ALGERIE TELECOM, Watania Télécom Algérie et Orascom Télécom Algérie, est passé de 15 à 9 DA/TTC la minute. Pour ce qui est des communications locales, elles sont comptabilisées à 5 DA/TTC la minute. Et pour l’appel national, il est de 6 DA/TTC la minute. Selon les responsables d’Algérie Télécom, ces tarifs vers le mobile qui ont connu une baisse de 40 % sont les moins chers par rapport à la concurrence. Pour ce qui est des KMS, ils bénéficieront d’une remise de 35 % pour un total de consommations téléphoniques par ligne. Ceci en plus d’un gain direct de 0,79 DA/TTC par minute de communication, soit «9 DA encaissés, 8,21 DA taxés et facturés». 

Ce sont les Actel de Ben Aknoun et de Rostomia qui ont lancé cette nouvelle opération en direction des KMS. Les deux agences commerciales proposent, ainsi, de vulgariser les nouvelles tarifications. Par cette nouvelle opération, l’opérateur s’oriente, selon ses responsables, vers une rupture avec «les pratiques anciennes qui inhibent les services en direction de la clientèle, pour assurer une qualité de service irréprochable ».

Le Soir d’Algerie le14/03/2010
 

12

greenearthesa |
Collectif des Sans Papiers ... |
akwateam |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lalogeuse
| CFTC Schindler ascenseurs
| LES POMPIERS DE VERZENAY